Une Vénus vieille de 1700 ans se dévoile pour la Saint Valentin

Beaucoup disent que l’amour n’a pas d’âge mais est-ce que l’amour traverse les âges ? Oui, la preuve ! Une sculpture de Vénus, symbole de l’amour depuis la nuit des temps, vient d’apparaître à Gisacum… touchant en plein cœur nos archéologues romantiques !

 

Tout au long de l’année, les spécialistes inventorient et étudient les nombreuses découvertes collectées pendant les fouilles. Au 3e siècle, les maçons romains qui récupéraient les pierres du temple transformé en carrière, ne les ont pas utilisé sur leur chantier de construction à cause de leurs formes arrondies qui ne permettaient pas d’en tirer de beaux moellons quadrangulaires. Il s’agit là d’un vrai trésor pour les archéologues qui permet de restituer le décor du sanctuaire.

 

Alors que l’étude des fragments mis au jour en 2020 a débuté en ce mois de février, une très belle surprise attendait Sébastien Cormier, archéologue. Parmi les blocs sculptés, il identifie un buste et les hanches d’une jeune femme nue. Puis cette semaine, des jambes croisées, un indice important ! Ce spécialiste fait rapidement le rapprochement entre ces deux éléments. L’instinct paye : en les rapprochant il vérifie qu’il s’agit bien de deux fragments d’une même sculpture : une femme nue aux jambes croisées. Cette position est celle de Vénus.

 

Les études se poursuivent mais on peut imaginer que cette nouvelle statue découverte à Gisacum ornait une fontaine, peut-être avec des nymphes. Les chercheurs espèrent : s’agit-il d’un indice sur l’usage des gigantesques conduits et puits en cours d’étude ?

 

Vénus nous apporte ainsi à fois un clin d’amour à travers les âges en se révélant pour la Saint Valentin et d’importantes connaissances sur les décors du sanctuaire.

 

DSC06887 Paysage