Les sports antiques chez soi !

 Testez le sport antique à la maison, à l’extérieur si vous le pouvez, sinon en intérieur (avec modération et prudence).

Attention : veillez à respecter les consignes gouvernementales en vigueur pendant la crise sanitaire si vous faites du sport à l’extérieur de votre domicile. 

Le saut en longueur

scolaires_sport-antique

Nombre d’athlètes : 2 et plus.

1 arbitre !

Matériel :

La façon de pratiquer le saut chez les Gallo-romains est bien différente de la nôtre, il vous faudra donc :

– Deux objets servant de poids.

– Une ligne de départ.

– Un objet servant à marquer la distance parcourue.

Tracer une ligne de départ des sauts, commune pour tous les athlètes. Mettre à disposition des champion.ne.s, deux objets de même poids qu’ils tiendront dans leurs mains (deux par sauteur ou deux à se partager, des petites bouteilles d’eau pleines par exemple feront l’affaire).

But :

Le but est bien sûr de sauter plus loin que ses adversaires, comme c’est toujours le cas aujourd’hui, mais les Gallo-romains sautaient d’une manière un peu différente de la nôtre…

Déroulement :

Chacun son tour, chaque participant se place sur la ligne de départ avec un poids dans chaque main. Les pieds joints, les bras se balançant vers l’avant, l’athlète doit plier les genoux puis sauter vers l’avant (à la manière du kangourou ou d’une grenouille), les poids dans les mains doivent servir à attirer le corps vers l’avant, afin de sauter plus loin. Un tel saut doit être réalisé cinq fois de suite sans élan.

Au cinquième saut, il faut placer un objet servant de point de repère à l’arrière des pieds du sauteur (derrière les talons) pour mesurer la distance parcourue. Les autres participants auront à cœur d’essayer de dépasser cette distance. L’athlète ayant sauté le plus loin en cinq bonds remporte la manche.

 La course de vitesse !

Commeauxjeuxolympiques-créditCD27MADE

 

Nombre d’athlètes : 2 et plus.

1 arbitre !

Matériel :

– Une ligne de départ (que nous appellerons Point A) qui fera aussi ligne d’arrivée.

– Un poteau ou un plot, un coussin, une pile de livres ou de magasines, une chaise,  ou tout objet pouvant être contourné (que nous appellerons Point B).

But :

Le but est d’être le premier à terminer la course. De la ligne de départ (Point A), il faut se rendre le plus rapidement possible jusqu’au poteau (Point B), en faire le tour (le contourner) et revenir à la ligne de départ.

Déroulement :

Tous les concurrents se placent sur la ligne de départ (Point A), dans une position bien différente de celle de nos coureurs actuels : pieds joints, genoux pliés, bras tendus vers l’avant.

Le point B sera placé à une distance raisonnable en fonction de l’âge des athlètes (5, 10, 20, 30 mètres…).

Les participants, en position, attendent le signal de départ de l’arbitre. Celui-ci annoncera les mots suivants : « Poda, Para, Poda, Apite ! » (Les Pieds Parallèles, Partez!), donnant ainsi le signal de départ…en grec ancien comme les athlètes antiques lors des premières jeux olympiques !

Les coureurs devront alors s’élancer en direction du Point B, en faire le tour par la droite et revenir à la ligne de départ (Point A). Le premier à effectuer ce parcours remporte la course. Attention au virage !

N’oubliez pas : l’arbitre a toujours raison ! Et ceci n’a d’autre but que de vous amuser… il ne faut ni se chamailler, ni se blesser !

Bonne compétition à toutes et à tous et que la ou le meilleur gagne !


Le sport dans l’empire romain et à Gisacum

Les thermes de Gisacum, fouillés par les archéologues,ont livré de nombreuses informations sur la manière de prendre soin de son corps chez les Gallo-romains. Cela passe par la toilette, mais aussi par le sport ; c’est à cette activité que servait, entre autre, la grande cour qu’on appelle palestre.

Il y a 2000 ans, les Gallo-romains utilisaient cette palestre des thermes pour entretenir leur corps et s’entraîner à différents sports en vue d’une éventuelle compétition (les Jeux Olympiques par exemple). D’ailleurs en grec palè signifie la lutte ; l’un des sports auquel on s’entraîne dans cet endroit.

Les Gallo-romains pratiquaient de nombreux sports pour maintenir en forme leur corps et/ou pour s’entraîner en vue d’une compétition. La course à pied faisait partie de ces sports et était alors l’épreuve reine des compétitions sportives. Le stade (stadion) équivaut à notre épreuve du 200 mètres.