L’objet archéologique du mois : les intailles !

Chaque semaine jusqu’au printemps prochain, découvrez une facette de Gisacum par le prisme de la civilisation gallo-romaine ou de l’archéologie ! Le passé rencontre le présent. De quoi vous faire patienter pendant l’hiver en attendant les nouvelles animations sur le site !

Cette semaine, on lève le voile sur une série d’objets archéologiques présents dans nos collections et dont certains sont visibles dans l’exposition permanente du centre d’interprétation : les intailles !

Bonne lecture.

Gisacum - homme arbre (jaspe)

Elles sont si petites qu’il faut bien souvent une loupe ou de très bons yeux pour les reconnaître : les intailles sont des petites pierres gravées qui ornent le plus souvent des bagues mais aussi, plus rarement, des pendentifs.

De forme ovale et mesurant moins de 2 cm2, elles ont la particularité d’être gravées en creux, à l’opposée des camées qui eux sont gravés en relief (le motif ressort).

Ces objets de parures, parfois luxueux, ont plusieurs fonctions. Pour le porteur ou la porteuse de ce bijou, la fonction esthétique est importante en fonction du type de roche utilisé et du motif représenté. Cependant, les intailles montées sur des bagues ou des pendentifs sont aussi considérées comme des amulettes porte-bonheur et son donc chargées d’une signification particulière. Enfin, les intailles peuvent être utilisées comme sceau et sont transmises d’une génération à une autre. Propre à une famille, le motif va être, ici encore, chargé d’une forte connotation symbolique.

Le motif gravé en creux peut représenter des objets, des personnages mythologiques (héros, divinités, scènes mythologiques), mais aussi des personnages connus (hommes politiques, empereurs…), des animaux réels ou fantastiques, ou encore des scènes de la vie quotidienne.

Gisacum - Minerve Silène (jaspe)

Introduites en Gaule avec la romanisation des territoires, les intailles peuvent également être considérées comme un marqueur de statut social et deviennent très à la mode à partir du Ier siècle et surtout au IIème siècle. Les intailles sont des témoins de la présence romaine, des goûts esthétiques de l’époque mais aussi des représentations symboliques et de l’imaginaire des Gallo-Romains qui les ont porté.

Aujourd’hui, pour les archéologues, historiens et spécialistes qui les étudient, où les croisent au détour de leurs recherches, ce sont des témoins précieux de la période gallo-romaine, de la vie quotidienne mais aussi de l’artisanat et des routes commerciales de l’époque. Les pierres précieuses viennent parfois de très loin (d’Asie par exemple) et les artisans qui les produisent  sont de véritables artistes.

A Gisacum, lors de la fouille des thermes dans la deuxième moitié des années 1990, deux magnifiques intailles en jaspe rouge ont été découvertes !

 

 

intaille2tetes604222

Intaille en jaspe rouge représentant un « grylle » combinaison de deux têtes opposées représentant peut être Athéna-Minerve et Silène. Seconde moitié du Ier siècle-IIème siècle.

 

 

 

intaillepersonnage604222

Intaille en jaspe rouge-brun représentant un berger assis sur un rocher au pied d’un arbre. Milieu IIème siècle-début IIIème siècle.

 

 

 

 

Sources :

  • Gisacum, ville sanctuaire gallo-romaine, Catalogue de l’exposition permanente du Centre d’Interprétation Archéologique, Conseil Général de l’Eure, 2006.
  • Hélène Guiraud, Intailles et camées de l’époque gallo-romaine, CNRS Editions, Paris, 2008